Vigne de Cocagne, la première structure d'insertion par la viticulture

Vigne de Cocagne, la première structure d'insertion par la viticulture
Boire du vin rouge ou du rosé en respectant la planète et de façon solidaire, c’est possible avec Vigne de Cocagne. Première structure d’insertion par la viticulture, elle s’est installée dans l’Hérault en tant que société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). Plusieurs prix ont déjà récompensé sa démarche et son éthique.


 

 

 

 

La viticulture comme remède au chômage

 

C’est sur un domaine abandonné destiné à devenir un centre de traitement des déchets qu’une ancienne d’Areva a implanté une exploitation sociale et solidaire innovante. Demandeurs d'emploi de longue durée, bénéficiaires du RSA, jeunes en difficulté… Réinsérer des personnes dans le monde professionnel à travers la viticulture s’est imposé à l’entrepreneuse Pauline Chatin « pour redonner confiance, espoir, envie, car c’est un métier qui a du sens », a-t-elle expliqué au MMMag

 

Le choix de l’Hérault fut également évident : le département déplore un taux de chômage élevé — 17,7 % en 2016 pour les 15-64 ans selon l’Insee —, tout en étant le leader de la production vinicole de l’Occitanie, premier bassin de production française. Pauline Chatin a pu constater d’elle-même les besoins considérables du secteur en ouvriers viticoles.

 

La rencontre avec les équipes du réseau Cocagne, qui développe des exploitations maraîchères biologiques à vocation d’insertion sociale et professionnelle, a scellé l’affaire. Pauline Chatin a commencé l’aventure de Vigne de Cocagne fin 2017 sur 7 hectares du domaine de Mirabeau, un agroécopôle conçu pour accueillir des projets agricoles éco-responsables. 

 

Un vin 100 % solidaire

 

Le but de la Vigne de Cocagne : proposer un vin bio, local et solidaire. Un parcours d’insertion et de formation à la viticulture sur deux ans est proposé à trois personnes jusque-là éloignées de l’emploi. Elles contribuent à produire le vin de façon artisanale et sans désherbants ni pesticides, dans cette société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) qui se veut sociale et solidaire.  

 

Trois cuvées, un rosé et deux rouges, sont d’ores et déjà proposés à la vente sur le domaine, dans des boutiques de la région montpelliéraine et à Paris ainsi que dans des magasins Biocoop. Pour diversifier ses cuvées, Vigne de Cocagne replante 5 hectares de vignes supplémentaires qui devraient être exploitables dans les prochaines années. A partir de 2020, ses vins seront par ailleurs certifiés « Agriculture Biologique », les vignes étant en conversion depuis la reprise du domaine par la jeune société.

 

Le domaine de Mirabeau est également amené à se développer : Vigne de Cocagne partagera bientôt les lieux avec un maraîcher, un éleveur et une brasserie artisanale qui créeront des espaces de socialisation — des ateliers pédagogiques, une boutique paysanne ainsi qu’une guinguette estivale. Ces nouveaux arrivants rejoindront un projet qui fait déjà figure de modèle du haut de ses deux ans d’existence. 

 

Vigne de Cocagne a ainsi fait partie des gagnants 2017 de La Fabrique Aviva récompensant les « idées entrepreneuriales à la fois utiles et innovantes », et reçu une dotation de 50 000 euros. La société a également obtenu le « Prix de l’Inspiration en ESS » 2019 de la Fondation Crédit Coopératif. Les 4 500 euros reçus aideront à financer l’expansion de la surface d’exploitation en vue de créer de nouveaux emplois.  


Cet article a été réalisé dans le cadre de la « France des solutions », en partenariat avec l’association Reporters d’Espoirs. 

Photo © Cyril Badet

 

, , , ,