[EN IMAGES] Dépression : «Le petit passage à vide» lutte contre les idées reçues

[EN IMAGES] Dépression : «Le petit passage à vide» lutte contre les idées reçues
Pour changer le regard du grand public sur la dépression, la Fondation FondaMental a lancé, en partenariat avec la Fnapsy, sa campagne « Le petit passage à vide ». Elle montre avec un humour noir qu’il s’agit d’une maladie, qui peut avoir des conséquences graves si elle n’est pas prise au sérieux.


 

#LaDépressionCestDuSérieux

Besoin d’une transplantation cardiaque ? « Un peu de sport et ça ira beaucoup mieux ! » Un cancer des poumons ? « Le mieux dans ces cas-là c’est de plus y penser, d’aller respirer le grand air. » Une dépression ? « C’est juste un passage à vide (...). Faut essayer de vous distraire. » Le spot lancé par la Fondation FondaMental, fondation dédiée aux maladies mentales, en partenariat avec la Fédération Nationale des Association d'Usagers en Psychiatrie (Fnapsy), joue sur les registres de la comédie et du drame pour changer le regard du grand public sur la dépression. On y voit des professionnels de la santé minimiser les graves maladies dont leurs patient·e·s sont atteint·e·s. Un procédé humoristique pour  souligner, à l’opposé, combien il s’agit d’une maladie sérieuse qui peut avoir des conséquences dramatiques sans prise en charge adaptée.

Cette campagne a été imaginée à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale le 10 octobre par l’agence allemande Serviceplan Health & Life, et soutenue par le groupe de protection sociale Klesia et la Fondation genevoise ROGER DE SPOELBERCH, dédiée à la recherche des maladies neuro-dégénératives et de certaines maladies psychiatriques. Le spot de sensibilisation est accompagné du hashtag « #LaDépressionCestDuSérieux » pour diffuser le message de la campagne sur les réseaux sociaux.

La maladie psychiatrique la plus courante en France

Manque de volonté, trait de caractère, coup de blues... Les idées reçues sur la dépression ont la vie dure dans l’imaginaire collectif. « Très peu [de personnes] ont conscience de l’enfer vécu par le malade, de l’annihilation totale de la volonté, de la disparition de tout espoir, de la terrible culpabilité qui nous tenaille », souligne Claude Finkelstein, présidente de la Fnapsy, dans son communiqué. 

La dépression est pourtant la maladie psychiatrique la plus courante en France, avec 2,5 millions de personnes atteintes. Selon l’Inserm, 1 personne sur 5 a souffert ou souffrira d’une dépression au cours de sa vie. Pourtant, la moitié des dépressions majeures ne sont pas traitées d’après l’Organisation mondiale de la santé, et environ 70 % des suicides sont imputables à cette maladie chaque année. 

, , , , ,